BLOGUE SUR LA GESTION ROUTIÈRE

Qu’est-ce que le
« traffic calming »?

Dans le domaine de la circulation, vous avez assurément entendu parler de mesures de traffic calming, apaisement ou modération de la circulation en français, qui est un terme utilisé pour désigner les aménagements d’infrastructure (chicane, dos d’âne) et associé à la nécessité d’avoir un plan d’actions en accord avec la vitesse routière souhaitée. Cet impératif est plus facile à énoncer qu’à mettre en œuvre et il faut remarquer qu’à l’heure actuelle, un grand nombre de propositions vise l’usage des radars et photoradars et l’aggravation des sanctions. School zone pedestrian LED road sign panel

La partie la plus innovante de la tendance traffic calming est l’utilisation de moyens incitatifs
(donc non coercitifs) qui sensibilisent l’usager de la route et qui donnent d’excellents résultats.

Bon nombre de grandes villes ont posé des gestes de réduction de vitesse incitatifs telles que Montréal,
Laval, Québec, Boucherville, Saint-Eustache, Blainville, Repentigny, mais aussi de plus petites comme Prévost, Plessisville, Saint-Sauveur-des-Monts, Notre-Dame-de-l’Île-Perrot, Val-Morin … qui sont elles aussi confrontées avec des problèmes de vitesses excessives.

Ces objectifs doivent être atteints sans imposer des décisions inutiles et en tenant compte des personnes qui sont réellement dépendantes du déplacement en véhicules individuels, notamment les personnes à mobilité réduite et les citoyens des zones rurales. Le texte reconnaît clairement que certains des objectifs recherchés sont contradictoires, ce qui implique des choix difficiles pour atteindre un juste équilibre. Dans certains cas des connaissances nouvelles seront indispensables pour évaluer le rapport coût/efficacité de ces mesures.

Un bon plan d’actions commence par la connaissance réelle des problématiques puisqu’à plusieurs occasions la réalité est différente de la perception. Il faut donc analyser la circulation convenablement pour être en mesure de répondre adéquatement aux plaintes et de réagir de façon appropriée avec les outils disponibles.